Complet

SUPERGOMBO


vendredi 01 novembre 2019


21h00
ouverture du bar 18h00
ouverture de la billetterie 20h30
• Enfant superlatif du brassage culturel à la française, l’afrofunk de SUPERGOMBO descend aussi probablement du Tout Puissant Orchestre Poly-Rythmo et des Headhunters. Nourri de Mbalax sénégalais, de soukous congolais, de funk US et de jazz mondial, le son qui se joue ici est donc forcément d’ailleurs. Pourtant, on ne parlera pas avec eux de « world music ».

_____________________________________

SUPERGOMBO

+d’infos

Du monde, SUPERGOMBO garde plutôt le rythme, frénétique et incontrôlé. Même si ce groupe de 7 musiciens sait qu’il faut parfois freiner, flâner, prendre son temps. SUPERGOMBO fait ainsi tranquillement son super-marché de Bamako à Ouaga, avec détour obligatoire par la Guillotière, quartier lyonnais connu pour sa mixité.

Faire voyager tout un chacun et faire danser les foules, c’est le double objectif que s’est fixé Supergombo. En point de départ du voyage, Etienne Kermarc a choisi les sons de l’Afrique de l’Ouest, ceux que son père a ramenés de ses années passées en Afrique et que le bassiste a eu à coeur de confronter à sa propre culture du jazz. Ses compagnons de route – Aurélien Joly et Nacim Brahimi aux souffles, Romain Nassini et Riad Klai pour les harmonies, le Réunionnais David Doris et le Burkinabé Wendlavim Zabsonré derrière les fûts et autres percussions – apportent chacun leur pierre à l’écriture ou à l’arrangement des idées et des sonorités. Pour la réalisation, le label Z Production confie la tâche à Vincent Taurelle, Etienne Meunier et Benoît Bel. Entre les mains de ces complices de Tony Allen et Daft Punk, l’invitation à la danse finit de se muer en une impérieuse injonction.

Des rythmes bikutsi (Faraphonium) aux gammes mandingues (Nâ Kuima), entre grooves embrasés et couleurs irisées, Supergombo orchestre une suite africaine qui lorgne sans complexe à l’ouest comme à l’est, du côté des Antilles ou de l’extrême orient ! Et comme pour pousser le voyage un peu plus loin, le groupe prend un malin plaisir à glisser çà et là quelques clins d’oeil au cinéma : films de la Blaxploitation, cinema de Bruce Lee, BO de blockbusters façon Lalo Schiffrin… Et bien sûr, melting pots foutraques à la Tarantino comme sur l’emblématique “Marquis Warren”, où l’imagerie aride du western se frotte effrontément aux codes sucrés du coupé-décalé.

Sans aucun doute, cette musique-là sait surprendre. Mais surtout se poser, s’installer. Dans la tête, pour mieux gagner tout le corps. Rien d’étonnant donc à ce que Supergombo s’épanouisse dans la répétition inlassable et tutoie parfois en cela les transes électroniques. Mais à aucun moment cette musique n’oublie ses racines. Ni l’ivresse des conteurs d’histoires.

Avec :
Aurélien Joly : trompette | Jérome Bartolomé : saxophone | Francis Larue : guitare | Romain Nassini : claviers | Wendlavim Zabsonré : batterie | Etienne Kermarc : basse | David Doris : percussions