Papanosh feat Roy Nathanson

France
Le groupe avant le concert devant le mur du Hangar 23

C’est avec une véritable jubilation que Papanosh nous emmène dans les contrées imaginaires de Mingus. Car c’est bien dans ce sens-là que ça se passe, chacun des arrangements nous le rappelle, à commencer par « Peggy’s Blue Skylight/Cancion Mixteca » où l’élégance tumultueuse de l’alto de Nathanson s’esquive pour une bluette mexicaine qui rappelle le Paris, Texas de Wenders avant de repartir de plus belle. De même, sur « Gibril The Clown », l’orchestre allie le « Gibril Circus » de son premier disque et « The Clown » de Mingus. Le résultat est étonnant et extrêmement raffiné. Le spoken word de Roy Nathanson ajoute une touche de poésie à une visite qui n’a rien de nostalgique, ni de muséal. L’entente entre les deux saxophonistes est réjouissante, puissante, baignée d’un mélange de respect et d’insolence qui définit précisément les Vibrants Défricheurs, que le verbe et la poésie ont toujours transcendés.

  
ça s'est passé
au Périscope
PAPANOSH feat Roy Nathanson 10.02.2016
Quentin Ghomari (Trompette)
Raphaël Quenehen (Saxophone)
Seb Palis (Claviers)
Thibault Cellier (Contrebasse)
Jérémie Piazza (Batterie)
Roy Nathanson
ça s'est passé
au Périscope
PAPANOSH feat Roy Nathanson 10.02.2016