On voulait vous présenter Teis Semey

Il est aussi sympa que sa musique.

Selectionné dans le cadre du projet Footprints, le jeune guitariste danois Teis Semey sort aujourd'hui un nouvel album avec son quintet après Where The Fence is the Highest (2019, TRPTK) and Throw Stones (2020, Loumi Records), deux sorties qui lui avaient permis d'être identifié auparavant sur la scène jazz européenne.  Avec Mean Mean Machine, le Teis Semey Quintet renoue pour la première fois avec les racines scandinaves de son leader, prouvant par ailleurs un engagement sans faille dans l'improvisation. Un programme musical passionant et une fraicheur artistique qu'il fait bon d'entendre.


Une collision sous forme de quintet.

On notera avant tout que le quintet a misé sur la collision : la dynamique brute et les éléments d’avant-garde se mêlent à l’énergie indie rock et l’attitude punk, pour s’offrir même parfois des phases de musique classique ou méditative. L’amour et la passion pour l’improvisation avec laquelle ces musiciens entrelacent toutes ces composantes caractérise fortement le groupe et ce n’est certainement pas pour rien si l’on peut aujourd’hui affirmer que le quintet fait partie des formations les plus excitantes de la scène jazz des Pays-Bas en ce moment.

Bientôt en Europe

Au delà des différentes reconnaissances et choix de programmation qui amènent le quintet à se produire dans plusieurs festivals et lieux autour des Pays-Bas, Tes Semey sera aussi engagé sur une tournée européene en 2022 qui aura pour objectif d’expérimenter des manières plus responsables et plus ouvertes de faire tourner et circuler les artistes. C’est l’objectif du projet Footprints, qui accompagne de jeunes producteur·ices et musicien·nes pour constuire avec elles et eux des tournées qui veillent particulièrement à l’impact social, écologique et économique des ces activités essentielles pour les artistes.

Pour en savoir plus, visiter www.footprints-europe.com

Vous en voulez encore ?

Alors voici un extrait live.