The Ark : Le jazz et les enfants d’abord !

Enjeux et opportunités de la musique pour les jeunes publics.

Fondé à Dublin en 1995, The Ark s’attache à faire respecter l’un des points méconnus de la Convention sur les droits de l’enfant : tout bambin doit pouvoir développer sa créativité, qu’elle soit musicale, picturale, etc.

Directrice artistique de ce centre culturel unique en Europe, Aisling O’Gorman s’attache dans ce texte à démonter un à un les clichés qui circulent sur la musique pour enfants. Mieux : elle montre en quoi les artistes, et en particulier les jazz·wo·men, auraient beaucoup à gagner à penser à ce petit public par sa taille, mais grand par son nombre et son ouverture d’esprit.

La musique – le grand connecteur

Comme toute personne travaillant dans un secteur de travail tout à fait spécialisé, je me suis retrouvé à travailler dans le domaine de la musique pour enfants plus ou moins par hasard. Depuis 8 ans, je travaille au sein de l’association The Ark à Dublin, qui est un centre culturel dédié aux enfants, ouvert toute l’année. Mais avant cela, je dirigeais la programmation pour une salle de concert et j’avais une pratique en tant que musicien indépendant. Durant une semaine moyenne, je pouvais travailler avec des publics dans des tranches d’âges allant de 3 à 83 ans. Naturellement, cela m’a incité à réfléchir à l’importance et au rôle de la musique pour les personnes de tous âges, tout au long de leur vie.

La musique est bien sûr créatrice de lien, elle a une capacité inégalée à transcender le langage et à parler directement aux sens, sans traduction ni médiation. C’est peut-être sa caractéristique majeure en tant que forme d’art et son attribut le plus puissant.

L’universalité de la musique est évidente : nous pouvons tous créer des rythmes en frappant des mains, en tamponnant ou en tapant sur des objets et nous pouvons tous chanter. Nous faisons de la « musique » bien avant de parler. Les sons préverbaux émis par les bébés et les jeunes enfants suivent les mélodies et les rythmes de la parole et ressemblent beaucoup plus à de la musique qu’au langage pendant longtemps. Des chercheurs en Hongrie et aux Pays-Bas ont également montré que les nouveaux-nés sont capables de détecter le battement de séquences sonores rythmiques, ce qui pourrait indiquer que la capacité musicale humaine a un avantage sur le plan de l’évolution. Il n’est donc pas surprenant que la musique soit présente dans les cultures humaines à travers le monde avec des preuves d’activité musicale remontant à des millénaires. Des instruments de musique anciens, vieux de plus de 40 000 ans, ont été retrouvés, mais il est probable que d’autres types de « musicking », comme le chant, existent depuis les premiers hommes.

Dans nos vies d’adultes modernes, nous faisons souvent l’expérience de cette forme d’art la plus élémentaire en tant que simples consommateurs ou destinataires passifs. Mais l’expérience de la musique dans l’enfance est peut-être la plus connectée et la plus vivante. Pour les enfants, la musique est une source d’émerveillement et éveille la curiosité. Le potentiel de la musique pour un tel public est immense.

La musique est un droit

The Ark est une organisation singulière, notamment parce que c’est un lieu artistique pluridisciplinaire qui présente une programmation artistique professionnelle, destinée aux jeunes de 2 à 12 ans seulement. En outre, The Ark a été fondée sur l’idée que les arts et la culture sont un droit. Ce n’est pas la première chose qui vient à l’esprit de la plupart des gens lorsqu’ils pensent aux droits de l’Homme. Cependant, c’est l’essence même de l’article 31 de la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant [1989], ratifiée par l’Irlande en 1992. Il a inspiré la fondation de The Ark en 1995 avec une vision du droit des enfants à l’art, en tant que citoyens égaux.

arrow_downward

Le soundpainting ?


Le Soundpainting est un langage de signes, universel et multidisciplinaire, permettant la composition en temps réel, pour les musiciens, les comédiens, les danseurs et les artistes visuels. A l’heure actuelle (2020), le langage comporte plus de 1500 gestes qui sont signés par le Soundpainter (compositeur) pour indiquer aux performers quel est le type de matériau demandé.
http://www.soundpainting.com/soundpainting-2-fr/

Pour moi, c’était une nouvelle façon de considérer l’effort artistique qui était profondément provocateur. Si l’art sous toutes ses formes, y compris la musique, est un droit, alors il est pleinement inclusif. L’utilisation du langage des droits donne une valeur indélébile à la promotion des arts pour tous, qui se construit dès l’enfance. Les enfants dépendent des adultes pour pouvoir établir des liens avec le monde et accéder aux choses dont ils ont besoin – y compris la musique. Ce n’est peut-être qu’en considérant l’art comme un droit pour les enfants qu’ils apprendront de manière indélébile une vision de la société où les arts et la culture sont centraux.

Aujou’d’hui, c’est souvent une question de choix et de capacité financière des parents et des écoles. Cela conduit sans aucun doute à des inégalités. Il peut aussi y avoir une tendance à privilégier certains types de musique par rapport à d’autres, souvent pour des raisons de statut social perçu, plutôt que de valeur artistique en elle-même. Nous devons plutôt encourager les enfants à faire preuve d’esprit critique et de créativité dans leur rencontre avec la musique, en tout genre.
À ce jour, 196 pays ont signé la convention des Nations unies. Si cela signifie que nous accordons de l’importance à l’enfance et que nous considérons la musique pour le jeune public comme un droit, alors nos plus jeunes citoyens méritent certainement le meilleur de ce que cette forme d’art a à offrir ? Si c’est un droit, cela ne devrait-il pas nous faire réfléchir lorsque nous présentons aux enfants des formes de musique muettes ou commercialisées uniquement ? Pourquoi les enfants ne pourraient-ils pas bénéficier du même niveau élevé d’expression culturelle que celui que nous considérons comme acquis à l’âge adulte ?


La perception de la musique jeune public

La musique pour jeune public a un problème d’image. Elle est soit inconnue, soit très mal considérée. Beaucoup d’entre vous qui lisez ceci n’ont peut-être jamais entendu l’expression « Musique jeune public » auparavant, et moi non plus jusqu’à récemment. Bien qu’un peu bizarre, c’est un terme que je trouve utile car il permet de mettre en lumière ce domaine quelque peu négligé de la musique.

Le fait que l’enfance soit naturellement privée de ses droits peut être un facteur, même inconscient, dans les connotations négatives de ce concept. Cela peut affecter le statut de toutes sortes de travaux impliquant des enfants, et pas seulement des travaux artistiques. Les enfants ne sont pas visibles dans la vie publique car ils ne peuvent pas voter et n’ont pas de moyens financiers propres. Il est alors peut-être trop facile d’ignorer que les enfants constituent une partie importante de la société et, même si ce n’est pas intentionnel, de sous-estimer les adultes qui travaillent avec eux.

Par exemple, nous avons probablement tous entendu la phrase offensante « ceux qui ne peuvent pas, enseignent ». Non seulement cette phrase rejette complètement la profession extrêmement habile et complexe d’enseignant, mais elle insulte également les enfants qui, selon cette définition, ne méritent que des enseignants qui sont des réfugiés ratés du monde des adultes. C’est un exemple extrême qui est clairement faux et erroné, mais de telles idées abondent – souvent de manière tout à fait inconsciente.

 Photo: Monster Music Improv, produced by The Ark and Improvised Music Company 2016. Featuring Shane Latimer, Lauren Kinsella and Patrick Sanders.

Cela peut avoir un impact considérable sur la perception, le statut et donc l’attrait des musiciens professionnels pour la musique jeunes publics. En tant qu’artiste, on a le sentiment que si l’on choisit de travailler avec des enfants, c’est peut-être parce qu’on ne peut pas vraiment s’adapter au « monde réel » des adultes. C’est vraiment dommage. Non seulement cela signifie que les enfants n’ont pas l’occasion de découvrir de la musique brillante, jouée par des musiciens exceptionnels, mais cela signifie également que les musiciens passent à côté d’un domaine de travail passionnant et d’un revenu professionnel.

Une autre raison de ces perceptions négatives peut être liée à l’argent. Il semble parfois justifié de payer moins pour un travail impliquant des enfants, car nous ne sommes peut-être pas en mesure de générer des niveaux de recettes au box-office équivalents à ceux des spectacles pour adultes. Cependant, si nous voulons être en mesure de présenter de la musique de qualité professionnelle aux enfants, ceux d’entre nous qui sont producteurs et promoteurs ont la responsabilité de s’assurer que nous pouvons payer ceux qui font ce travail à des taux professionnels, comme nous le ferions pour n’importe quel autre public. Il se peut aussi que nous devions faire valoir ce point avec force auprès de nos bailleurs de fonds. Si votre pays a signé la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, cela peut être un levier utile. Le statut des enfants s’améliore généralement au fur et à mesure que les salaires et les conditions de travail s’améliorent. À long terme, cela emmènera un plus grand nombre de musiciens professionnels à créer davantage et ainsi créer une culture positive de pratique soutenue et valorisée.

Une troisième problématique se pose : le travail avec les enfants est difficile et il faudrait être fou pour le faire. Il y a une part de vérité dans tout cela, car les enfants seront sans aucun doute votre public le plus impitoyable et le plus honnête. Mais ils seront aussi les plus authentiques et les plus ouverts d’esprit. Ainsi, les enfants nous mettent tous au défi de donner le meilleur de nous-mêmes, car ils ont un ressenti très développé et savent quand ils sont traités avec condescendance ou ignorés. Contrairement aux adultes, ils ne toléreront pas cela.

En effet, cette perspective peut être effrayante. La plupart d’entre nous sommes beaucoup plus habitués à la politesse des adultes, mais cette politesse peut souvent être aussi étouffante sur le plan créatif. Si le public adulte était aussi honnête que les enfants, comment cela changerait-il les attitudes sur scène ? Les interprètes seraient-ils amenés à viser plus haut, les compositeurs à être encore plus créatifs ? Tout musicien sérieux ne devrait pas craindre cela, mais se réjouir du discours dynamique qui peut éventuellement l’amener à découvrir de nouveaux aspects agréables de la musicalité.

Bien sûr, il y a toujours eu des musiciens qui l’ont compris. De Mozart et Maria Anna, sa sœur, qui étaient tous deux des enfants prodiges, aux compositions de Bartók pour enfants qui sont maintenant souvent jouées dans le cadre de récitals pour adultes en raison de leur mérite musical, en passant par Herbie Hancock qui a récemment joué pour les enfants dans Sesame Street ou Meredith Monk qui dirige un projet musical pour les enfants en Belgique, il y a toujours eu des musiciens exceptionnels qui ne considèrent pas le fait de s’engager avec les enfants comme un problème. Cela fait plutôt partie intégrante de la matrice des possibilités infinies de la musique.

Les avantages du jazz

Je suis sûre que je ne suis pas la seule à avoir assisté à de nombreux concerts brillants pour adultes qui ont été peu applaudis ou sous-estimés. Pourtant, j’ai vu des maisons pleines d’enfants crier d’excitation, donner des coups de pied dans les jambes, pomper l’air pour exprimer leur plaisir de ce que nous, en tant qu’adultes, pourrions appeler de la musique de niche. Il est rafraîchissant de constater que les enfants ne se soucient pas des genres et cela pourrait être une bonne nouvelle pour le jazz. Ils ne se soucient que de savoir s’ils ressentent un lien avec le jazz et si celui-ci éveille leur imagination.

Un exemple particulier de cela est un spectacle que j’ai produit pour The Ark, en partenariat avec Music Network, intitulé A Most Peculiar Wintry Thing du compositeur Brian Irvine. Dans ce spectacle, la musique était harmoniquement et rythmiquement complexe. Cette virtuosité était encadrée par un thème simple et excentrique qui rendait le spectacle accessible et adapté à l’âge des spectateurs. Mais la musique n’avait rien de stupide et le jeune public l’a absolument adorée. Personne ne leur avait dit qu’ils ne pouvaient ou ne devaient pas aimer ce type de musique, alors ils ont répondu spontanément et avec authenticité. Cela m’a permis de clarifier le fait que lorsque nous parlons de musique pour jeune public, nous ne parlons pas d’une moindre chose. En fait, pour la musique expérimentale et le jazz, les enfants peuvent être, à bien des égards, le public idéal. Il me semble tout à fait possible que pour la musique contemporaine et improvisée en particulier, les enfants puissent être l’un des publics les plus engagés et les plus réceptifs que l’on puisse avoir.

L’une des grandes joies de jouer pour les enfants est leur ouverture d’esprit. Ils ne viennent pas avec une liste de préjugés sur la musique. Pour les musiciens de jazz qui saisissent les opportunités de travailler avec les enfants, il y a la possibilité d’ouvrir les jeunes oreilles à de nouveaux types de sons qu’ils n’ont peut-être jamais entendus auparavant. Comme nous le savons tous, le goût se développe à un jeune âge. Si vous voulez une longue carrière, les enfants peuvent devenir des fans de votre musique dans l’avenir. Pourtant, pour de nombreux musiciens de jazz – à l’exception peut-être de ceux de Norvège où un vaste programme de concerts de musique dans les écoles existe depuis des décennies et qui est l’un des plus gros employeurs de musiciens – l’idée de se produire pour les enfants est peut-être nouvelle. S’ils l’ont rencontrée, il est peu probable qu’ils aient déjà assisté à un concert de jazz jeune public, mais ils ont peut-être vu des offres commerciales peu inspirantes.

Il me semble que le jazz, en particulier, se prête extrêmement bien à l’établissement de liens avec des publics de tous âges et de tous horizons, grâce à sa flexibilité intrinsèque. Lors d’un concert de jazz, un membre du public assiste à une conversation en direct en musique, alors que les musiciens réagissent sur le moment à la pièce. Plus fondamentalement encore, l’enfance peut être considérée comme une expérience d’improvisation. Les enfants ne sont qu’à mi-chemin du processus de socialisation, ils sont donc plus libres et moins soumis aux règles que les adultes. En outre, ils prennent plaisir à inventer des choses d’une manière que la plupart des adultes ont malheureusement perdue de vue.

Il me semble que le jazz, en particulier, se prête extrêmement bien à l’établissement de liens avec des publics de tous âges et de tous horizons

Pour explorer ce à quoi pourrait ressembler un spectacle de jazz pour enfants, nous avons créé Monster Music Improv en 2016, en partenariat avec Improvised Music Company. Ici, la flexibilité des musiciens Lauren Kinsella et Shane Latimer a été déterminante. Le dessinateur Patrick Sanders, qui était le troisième membre du groupe, a également improvisé en dessinant des images en direct tout au long du spectacle. L’improvisation a donné le ton de l’enjouement et de l’inventivité dès la chanson d’ouverture. La chanteuse Lauren Kinsella a pris des suggestions de noms de monstres dans le public et a ensuite improvisé des scats vocaux en utilisant ces mots. Plus tard, le spectacle s’est transformé en une ambitieuse improvisation finale à laquelle a participé tout le public. Le public a d’abord été invité à décrire les caractéristiques d’un nouveau monstre que Patrick avait dessiné devant lui. Ensuite, on leur a demandé d’inventer les sons de leur monstre, que les musiciens ont traités en direct et sur lesquels ils se sont appuyés.

J’espère qu’à l’avenir, la musique de haute qualité pour les enfants sera la norme.

La question de l’adaptation des œuvres

The Ark est une organisation pluridisciplinaire. Ainsi, alors que les collègues du théâtre peuvent facilement assister aux festivals annuels et voir de nombreuses belles représentations théâtrales très élaborées réalisées pour les enfants que nous pouvons ensuite envisager pour la programmation, les choses sont différentes pour moi car de tels festivals de musique sont rares. Au lieu de cela, je dois souvent assister à des représentations musicales en soirée pour les adultes afin de me faire une idée des capacités, du style et des compétences des musiciens. En regardant, j’essaie d’imaginer si nous pourrions ou non faire en sorte que cela fonctionne pour les enfants. Pourquoi dois-je faire cela ? Si, comme je l’ai dit plus tôt, la musique est un langage universel, alors pourquoi les spectacles musicaux ont-ils besoin d’être adaptés à tout ce que vous pouvez demander ? C’est une bonne question et, en vérité, certains musiciens sont tellement charismatiques, chaleureux et naturellement attachants sur scène qu’il n’est peut-être pas nécessaire de faire beaucoup d’adaptation pour que les enfants puissent se connecter à leurs spectacles et les apprécier. Il y a bien sûr quelques considérations pratiques évidentes qu’il serait stupide d’ignorer.

Par exemple, les enfants auront besoin d’un spectacle plus court que les adultes. Ainsi, vos solos ne devraient peut-être pas durer dix minutes si cela représente 25 % de votre spectacle. Ou bien vous devrez peut-être vous demander si vos paroles sont adaptées à l’âge des enfants. Mais à part ces changements de bon sens, pourquoi un spectacle musical devrait-il être modifié pour le jeune public ?

Mais cette question est peut-être une autre forme de l’idée selon laquelle la musique pour enfants doit être plus simpliste et qu’en adaptant ou en changeant ce que nous faisons déjà, nous l’atténuons. Je comprends cette position et je dirais que la qualité de la musique ne doit pas être compromise, car c’est fondamental pour tous les publics. Si votre public est jeune, vous devrez peut-être réfléchir à des moyens de rendre l’environnement sûr et confortable, ou vous devrez peut-être résister à la tentation de monter les amplis à 11, car les enfants ont encore toute leur audition. Mais si les musiciens sont fidèles à la musique qu’ils aiment et apprécient, avec un peu de réflexion, je crois qu’ils peuvent présenter un travail solide que les enfants aimeront aussi.

Alors peut-être que l’adaptation n’est pas le bon mot, car elle implique un compromis et une réduction par rapport à l’original. J’aimerais plutôt que les musiciens soient enthousiasmés par les possibilités de création dans ce domaine qui peuvent avoir un effet positif sur leur musicalité et leur carrière. Bien sûr, vous pourriez simplement prendre votre spectacle pour adultes et le raccourcir un peu, mais je crois que vous rateriez des occasions uniques de vous épanouir de manière créative et agréable. Et c’est sûrement ce que veut tout musicien sérieux ?


Le rôle de l’éducation

Bien que je pense que les plus hautes valeurs de la musique et de l’art peuvent et doivent être appliquées au travail avec et pour les enfants, il est clair qu’il existe des compétences et des modes de pensée particuliers qui aideront les musiciens à tirer le meilleur parti de ces possibilités.

Afin de développer ces compétences, l’expérience est essentielle. Par exemple, certains musiciens peuvent être mal à l’aise à l’idée d’établir un contact visuel, ou les pupitres à musique peuvent devenir un objet derrière lequel se cacher et un obstacle à la communication avec un public. Les musiciens peuvent avoir besoin de soutien pour expérimenter et peut-être remettre en question les habitudes de scène existantes afin de pouvoir établir de meilleures connexions avec les jeunes publics et, en fin de compte, créer des spectacles plus sûrs et plus assurés.
Conscients de ce fait, en 2018 et de nouveau en 2020, The Ark et Improvised Music Company ont créé une nouvelle opportunité de formation continue pour les musiciens, appelée Fun Size Jazz. Les musiciens curieux ont eu l’occasion de présenter un court spectacle de scratch de 10 à 15 minutes pour les enfants, comme expérience de formation et d’apprentissage. Les musiciens ont participé à des ateliers préalables, ont reçu un retour d’information et un soutien des producteurs, et ont répété et joué deux fois devant un petit public d’environ 30 enfants.

Nous avons réalisé deux itérations de ce projet à ce jour et 9 ensembles y ont participé. Les réactions des musiciens ont été positives, citant un étirement créatif positif, un défi agréable et une chance précieuse d’apprendre et de réfléchir. Pour certains, cela a aiguisé l’appétit pour plus, ce qui est merveilleux. Des programmes tels que Fun Size Jazz ne peuvent cependant qu’amorcer un processus. Pour qu’une culture sérieuse de ce travail émerge et se maintienne, nous devons fondamentalement nous pencher plus tôt sur l’éducation des musiciens en premier lieu. Il ne s’agirait pas seulement d’inscrire solidement l’interprétation pour jeunes publics au programme d’études du troisième niveau, mais aussi de favoriser la confiance en soi pour communiquer et établir des liens avec le public au-delà des seules compétences techniques. Dans une forme d’art aussi virtuose que la musique, il est peut-être difficile de trouver le bon équilibre. Il est cependant passionnant de voir les innovations en matière d’interprétation musicale et de communication avec le public se produire ailleurs, comme les concerts By Heart de l’Aurora Orchestra.


Est-ce inhabituel ?

J’ai commencé cet article en disant que le travail que je fais dans la musique pour jeune public est peu connu et inhabituel. En fin de compte, je ne veux pas que ce soit le cas. Qu’est-ce qu’une niche dans une forme d’art comme la musique, qui peut parler à des personnes de tous âges et de tous horizons et ce dans toutes les langues ?

Il existe bien sûr des viviers de développement à long terme, notamment en Norvège en particulier, ainsi qu’en Belgique. Le réseau Big Bang soutenu par Creative Europe (dont The Ark est désormais partenaire) ainsi que l’initiative « Musique Jeune Public » sont également des initiatives à la fois encourageantes et importantes. Même depuis que j’ai commencé à faire ce travail, j’ai remarqué un développement considérable et une croissance encourageante de l’intérêt pour le sujet.

J’espère qu’à l’avenir, la musique de haute qualité pour les enfants sera la norme. J’espère que davantage de musiciens découvriront la joie d’entrer en contact avec un jeune public et que cela les poussera à atteindre de nouveaux sommets créatifs. J’espère que les bailleurs de fonds et le public reconnaissent largement la valeur de ce travail et qu’il bénéficie de ressources adéquates. The Ark est le seul centre culturel irlandais dédié aux enfants et le premier de ce type en Europe, mais à quoi ressemblerait l’avenir si des organisations comme The Ark étaient aussi nombreuses que les centres artistiques pour adultes ?

Cela ne se produira pas rapidement. La musique est déjà aux prises avec des problèmes de ressources et de revenus et il est naturellement difficile pour les musiciens, les producteurs ou les promoteurs de prendre un risque sur quelque chose de nouveau dans un marché précaire et concurrentiel. Cependant, si la musique en tant que droit universel peut nous guider, alors la poursuite de la musique pour le jeune public en vaut la peine.

J’attends avec impatience le jour où je pourrai dire que mon travail est courant, alors je considérerai que c’est un travail bien fait.