REMI GAUDILLAT SEXTET « Electric Extension »


lundi 14 octobre 2019


21h00
ouverture du bar 18h00
ouverture de la billetterie 21h
 

• Rémi Gaudillat est de ces musiciens qui se construisent leur propre voyage imaginaire, sensible au mouvement et aux frontières qui se renouvellent sans cesse. A l’occasion du Rhino Jazz festival, il est invité au Périscope à venir présenter son dernier projet « Electric Extension », un sextet puissant et énergique, électrisant et captivant !

13/10€ > Billetterie festival 

_____________________________________

REMI GAUDILLAT SEXTET « Electric Extension »

+d’infos

Connu notamment pour son travail auprès de Bruno Tocanne ou Jean-Philippe Viret, le compositeur et arrangeur Rémi Gaudillat ne cesse d’innover en matière de création musicale et c’est aujourd’hui en sextet qu’il présente son dernier projet « Electric Extension », marquant une nouvelle étape dans son éloquent et toujours pertinent parcours.

Sensible au mouvement et aux frontières qui se renouvellent sans cesse pour construire son propre voyage imaginaire, Rémi Gaudillat a su tisser une complicité profonde avec ses acolytes de longue date parmi lesquels bien sûr ses trois compères du Possible(s) Quartet, Fred Roudet (trompette et bugle), Loïc Bachevillier (trombone) et Laurent Vichard (clarinette, claviers) auxquels viennent ici se greffer la guitare de Philippe Gordiani(Overdrive Trio, Libre(s) Ensemble, Alphabet, Marcel Kantche… bien connu aussi pour son travail pour le théâtre, la danse et l’électro-acoustique) et les percussions de Fabien Rodriguez, le rythmeur effréné de Supergombo et du Lilananda 5tet.

Avec ce Movement Ensemble, Rémi présente un orchestre singulier, sextet puissant et énergique, explosif et électrisant, offrant de multiples et originales possibilités sonores. Car il est question ici de souffle chanté et de danse intérieure, d’effervescence vibrante et bouillonnante, de rythme fantasmé pour une musique intensément vivante. L’improvisation y est abordée avec l’urgence du moment et une tension propice à la transe, laissant le temps mûrir des mélodies que l’on suit comme autant de fils déroulés naturellement, sans jamais perdre de vue un rapport intime et certain à la voix.