Festival Délibéré #2


samedi 16 juin 2018


21h00
ouverture du bar 18h00
ouverture de la billetterie 20h30

Sous l’impulsion de Guillaume Bourgogne et Pierre Kuentz, un nouveau festival voit le jour à Lyon, en association avec le Périscope et le Lavoir Public.

Porté par l’Ensemble Op.Cit et la Compagnie des Infortunes, il vise à promouvoir la création artistique, dans le champ des arts de la scène. La musique et le théâtre sont privilégiés, notamment dans leurs formes hybrides, pour un nouveau temps fort de la vie culturelle métropolitaine.

Depuis une dizaine d’année, à Lyon, une communauté d’artistes s’est formée et a pris peu à peu conscience d’elle-même : des musiciennes et musiciens de formation classiques, d’autres issus du jazz ou des musiques improvisées, des compositrices, compositeurs, des artistes de théâtre, des danseuses, des danseurs, se regroupent. Ils ont en commun de questionner l’acte de création sous l’angle du rapport dynamique entre écriture et expérience du plateau, entre conception, invention et performance scénique. Dans le même temps, théâtre et musique s’interpénètrent et fusionnent : émergent, entre hybridation et pollinisation, des objets sonores, parlés, joués, dansés.

FESTIVAL DÉLIBÉRÉ 

AU PÉRISCOPE #2


Might Brank : Emmanuel Scarpa, batterie solo

MightBrank c'est un type d'apparence calme avec une batterie, un gong planétaire, des cymbales chinoises, et sa voix en simultané. Le rythme tribal, les onomatopées, ainsi que les timbres qui en découlent forment  une sorte de rock-expé qui n'a pas encore trouvé son pays, entre le flegme anglais et le tranchant du katana japonais.


Caravaggio

Bruno Chevillon, bass, double-bass, electronic 
Benjamin de la Fuente, violin, mandocaster, tenor electric guitar, electronic 
Eric Echampard, drums, percussion & electronic 
Samuel Sighicelli, Hammond organ, sampler, Korg & Minimoog synthetizers 

Une musique hybride, puisant son inspiration dans le rock, la musique savante, la musique électronique ou le jazz contemporain, en se refusant d’appartenir à une seule esthétique afin de préserver sa liberté et surtout de mettre en avant la jouissance d’une intégration de plusieurs langages dans les contrastes, les correspondances ou les surimpressions. La musique de Caravaggio reflète la multiplicité et la complexité du monde contemporain, allant de paire avec une fascination pour le cinéma et sa capacité d’invention d’espaces, de rythmes et de collisions.

https://www.facebook.com/caravaggio.band/


Grande fête délibérée avec Gwyn Wurst

Antoine Arnera, claviers solo (dance floor)

Claviériste surnaturel et virtuose du groupe « Poil », Gwyn Wurst est en solitaire une véritable anomalie iconoclaste, une erreur de casting Marvel recalé au concours pour P4 « super pouvoir impropre et crapuleux ». Avec ses deux claviers et les phalanges d’un Colossus, il irrite une makina d’auteur absinthé, recrache au plafond les pires incendies dancefloor d’Otto Von Shirach et Venetian Snares ; improvise sans se soucier des retombées écologiques un électro-arabisant saturé qui laisse Omar Souleyman en pâture aux vers des sables sur Dune sans se retourner ; compose la bande originale du remake snuff de « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? ». Une danse du soleil vicieuse, unique et ravagée, un ovni technoïde sans matière grasse, une expérience rare, indispensable et remuante à vous en séparer définitivement le cartilage de la chair.

https://www.facebook.com/GwynWurst


* Les tarifs réduits sont accessibles pour les chômeurs et les étudiants
mais aussi pour les détenteurs des carte de réduction Epicerie Moderne, Périscope, Bizarre ! et Marché Gare
** Les tarifs Pass Péri sont accessibles uniquement pour les détenteurs du PASS Périscope