MELANIE DE BIASIO @Centre Charlie Chaplin


samedi 30 mars 2019


20h30

Cette année encore, le Périscope vous invite sur des temps forts du festival A Vaulx Jazz, au Périscope ou hors les murs !

Pour sa soirée de cloture, le festival A Vaulx Jazz invite Melanie De Biasio aux cotés de Nik Bärtsch's Ronin, soirée à laquelle l'équipe du Périscope se joindra pour célébrer cette 31e édition.

 

MELANIE DE BIASIO


•FRANCE - Jazz / Pop

Quatrième et dernier album en date de la chanteuse et flûtiste belge Mélanie De Biasio, « Lilies » sortait il y a deux ans à la suite du mémorable « Blackened Cities », une pièce somptueuse de vingt quatre minutes parue en 2016.

La tonalité intimiste de Mélanie De Biasio, son style délicat, chuchoté sur un jazz aux tessitures électro, sur du blues de velours ou du trip hop céleste ont marqué les esprits dès 2013. De Bruxelles, Paris ou Londres et jusqu'en Australie, No Deal (son second opus) suscitait alors une pluie d'éloges et de récompenses.

Mélanie De Biasio renoue aujourd'hui avec Charleroi, sa ville natale de Wallonie qu'elle avait quittée à l'âge de 18 ans et où elle habite une grande bâtisse chargée d'histoire. « Donner de la consistance à l'air » était le leitmotiv de « Lilies ».

Ancrée dans l'émotion, portée par un chant profond, cette musique d'organdi touche au plus intime de l'auditeur.

 

NIK BÄRTSCH'S RONIN

Piianiste et compositeur natif de Zurich, passionné de culture japonaise, Nik Bärtsch insuffle à sa musique des mouvements fluides inspirés de l'aïkido.

L’Helvète aux allures de bōzu (maître de temple) fonde en 2002 le Nik Bärtsch's Ronin qui réalise trois albums studio et un double « Live » (2012).

Enfin, Awase (terme issu des arts martiaux : « fusionner les énergies »), quatrième opus d’un Ronin refondé en quartet, parait l’année dernière chez ECM.

Pour ce gang autoproclamé zen funk, c’est le pouvoir hypnotique des motifs rythmiques en boucle qui donne toute son unité à la transe. La musique sérielle et groovy de Nik Bärtsch hérite ainsi à la fois de Steve Reich et de James Brown. Au fil d’une expérience quasi mystique (« L’extase à travers l’ascétisme », précise le pianiste), le voyage intérieur de Ronin transmet une énergie solaire.